ah...les landes...

petit roman avec des photos

nous nous levons de bonne heure et de bonne humeur car aujourd’hui c’est balade.
nous petitdéjeunons de confitures maison, pains aux raisins et pâte de coing, accompagnés de beurre demi-sel spécialement acheté, par annie, pour bob le breton. :

c’est la peau du ventre bien tendue que nous prenons la route, sous un soleil éclatant. :

direction le château d’abbadia, que nous a vanté pascal, le directeur du festival.
mais avant, nous faisons un petit arrêt à la cave dourthe à dax... :

..où bob compte bien repartir avec cet armagnac que nous avons gouté hier, spécialement acheté par roger pour bob l’éponge... :

le monsieur qui nous accueille est sympa mais un peu lymphatique, bob lui explique ce qu’il veut, il répond sans zèle jusqu’au moment ou on lui pose une question sur une bouteille
alors, soudain, une petite flamme s’est allumé dans son regard :

(à lire avé l’assent du sudeu)
"ahh...la premièreu fois que j’ai rennconnteré cet armagnaqueu...
j’ai roulé penndant des heureus dans la pammpa...je suis arrivé devane une vieilleu fermeu, perdue au milieu d’uneu forêt, le cheming y é juste assez débroussaillé.
tu reïntreus dans la caveu, au soleu de la terreu battue humideu sur laquelle poussent des chammpignongs, de vieux futs sonnt alignés sageumeng, au dessus d’eux la pareu des annges à noirci les poutreus en chêneus cenntenaireus...
au milieu des futs, le pèreu lacoste, 80 anns, les maïns posées sur le bois de la barriqueu
onn jurerai qu’il lui parleu...
là-bas, tout est fait pour que l’armagnaqueu s’y sennteu bieng..."
nous, bave aux lèvres : "on va prendre deux bouteilles"...

nous reprenons la route direction le château d’abbadia
après une heure de route, nous arrivons au château qui n’est pas ouvert le samedi matin
super, génial...
nous avons quand même fait le tour... :

après, main dans la main, nous avons longé la côte en riant aux éclats et en se lançant des regards complices...c’était bien.. :

.

après, on est rentré par bayonne :

et après on est rentré parce que roger faisait à manger...et y’avait match... :